Le Japon : soit on aime, soit on déteste...


Déjà un peu plus de 3 semaines que je suis rentrée de mon périple "baguettes et sac à dos" du Japon, qu'il me reste encore un peu plus de 1.280 photos à trier et que bourdonnent et résonnent toujours dans ma tête ces mots que certaines personnes m'avaient dites avant mon départ : "Tu verras le Japon : soit on aime, soit on déteste !..." 

 
Pour ma part, je n'ai pas aimé le Japon.... Non en fait le mot "aimer" est bien trop faible et n'a pas sa place. C'est en fait bien plus fort, "la taille au-dessus" comme on dit, bref pour faire court et pour ma part : je suis tombée littéralement amoureuse du Japon !


Tout au long de cette aventure, j'ai tenu un petit carnet de bord, avec cette volonté (comme dans tous les voyages que je fais) de pouvoir me replonger facilement dans les moments forts que j'avais vécu, tels une bouée de sauvetage, un échappatoire... pour me rebooster dans mon quotidien si besoin ou en cas de coup de mou.


Aujourd'hui je n'ai certes pas finalisé mon tri de photos (pourtant tant attendu par mon entourage... et moi la première !) et posé mes mots pour dresser un compte-rendu, mais je peux d'ores-et-déjà dire ce que j'ai aimé et "moins" apprécié (le mot "détesté" ne trouvant assurément pas sa place pour moi dans ce périple) au Japon.


Ci-après donc une petite synthèse, un avant-goût en quelque sorte, avant le reportage-photos... de mon ressenti au Japon (le tout livré en vrac, "brut de décoffrage", sans classement ni préférence spécifique) :

Ce que j'ai aimé au Japon :

  • la propreté (espaces collectifs, transports, hébergements, etc), l’absence de tags…
  • la sécurité
  • la politesse, l'humilité et la retenue... ou peut-être le mélange des trois en fait ;-)
  • l'orientation client et la qualité de service
  • le nombre, la régularité et surtout la ponctualité des moyens de transport (métro, train, bus, taxi)
  • le "Lost and found office" qui a le mérite non pas d'exister mais de fonctionner dans ce pays avec toute l'efficacité que l'on en attend d'ordinaire...
  • l'amplitude d'ouverture des magasins d'une manière générale (tard le soir, le dimanche...), les combinis (ouverts 7j/7, 24h/24) 
  • la nourriture (soba/udon noodles, miso soup, pickles, yakitori, sashimi, herbes, etc)
  • l'anguille ("Unagi") : à tester impérativement sur place, notamment les "Unagi soba noodles" ! Un met "So delicious" !
  • les bentos dont le prix décroît régulièrement dans les échoppes après 18h
  • la beauté des espaces verts
  • la zénitude
  • l'avancée technologique (vidéo, son... électronique d'une manière générale) 
  • le Pocket wi-fi (pour les visiteurs étrangers comme moi qui souhaitent pouvoir être connectés tout le temps)
  • la mode vestimentaire (il y en a vraiment pour tous les goûts, tous les styles... et personne ne vous jugera pour ce que vous portez, même si des plus insolite !) 
  • la capacité des gens à être ordonné et à ne jamais se rentrer dedans, pas même aux carrefours/passages piétons... et ce malgré la marée humaine ambiante !
  • Les bruits environnants (arrêts des stations de métro, passages piétons, magasins...) vous donnant cette impression permanente d’être au cœur de l'attraction "It's a small worl" de Disneyland Resort !
  • et tellement d'autres choses encore...

 Ce que j'ai "moins" aimé au Japon :

  • le faible niveau de pratique de la langue anglaise des japonais (contrairement à ce que l'on pourrait croire !)
  • l’absence de signalisation des rues adjacentes aux artères principales
  • le statut de la femme japonaise vouée le plus souvent à rester au foyer, à s'occuper des enfants et à faire du shopping (bon sur ce dernier point, certaines seraient ravies de l'apprendre ;-))
  • la difficulté pour acheter certains produits de consommation (pour ma part j'ai eu du mal à trouver du "beurre" - souvent très cher - des compotes sans sucres ajoutés et des yaourts natures... mais bon étant diabétique, j'ai un profil aussi un peu atypique à la base et n'insisterai donc pas trop sur ces détails plus handicapant pour ma part que pour la majorité des gens « normaux »)
  • la durée d'attente aux feux de passages piétons, lorsque le bonhomme passe au "rouge". Juste interminable !!
  • la présence en faible quantité des légumes verts (attention, j'ai dit "faible" et non "absence". On en trouve certes mais en trop faible quantité à mon goût. Le plus souvent les féculents (riz, udon, soba, ramen, somen...) sont davantage mis à l'honneur, tout du moins pour les plats de tous les jours
  • les codes japonais, pas toujours simples à comprendre et/ou à déchiffrer
  • « Gaijin » vous êtes, « Gaijin » malheureusement vous resterez le plus souvent aux yeux des japonais… 


 Sayonara !

4 commentaires:

  1. Concernant le manque de légumes, c'est parce que tu n'as sûrement que goûté la cuisine japonaise des restaurants où en effet, les légumes sont peu nombreux. Toutefois, ile sont très présents dans la cuisine familiale de tous les jours et sinon, il faut aller dans les izakaya où il y a de nombreux petits plats à base de légumes.

    RépondreSupprimer
  2. Merci Béné pour ces précisions. Il faudra donc que j'y retourne (ce qui ne devrait pas être difficile pour me convaincre) et côtoie davantage les locaux ;-) Je retiens aussi les Izakaya ! A bientôt.

    RépondreSupprimer